L'âme ne pense pas

Voici un texte un peu «énergique» de la part de cette pratiquante du yoga-originel. Une inspiration bien ressentie et claire. Le satsang n'est pas le fruit de la réflexion mais une inspiration venue des profondeurs de la méditation et de la pratique.







C’est vrai qu’on peut paraître un peu sectaire quand on parle de la Voie (de la liberté) parce que nous n’avons plus aucun intérêt pour les autres voies, religions, pensées philosophiques ou ésotériques, tout cela nous semble bien vain et bien peu réel, peu concret.
C’est tout le problème d’un chercheur… un vrai chercheur qui veut trouver ou un faux chercheur qui ne veut pas trouver mais chercher toute sa vie, c’est devenu sa marotte, son but… chercher sous le prétexte qu’on ne peut pas trouver et que chacun à sa propre voie, sa propre liberté.

Quand un chercheur trouve il est bouleversé par la Grâce
(Bhaktimàrga 1-3-22)
Pour qu'un chercheur trouve il lui faut accepter d'avoir trouvé, se détacher de sa recherche. Certains chercheurs sont des chercheurs professionnels, ils ne veulent pas trouver, au fond: ce qui les intéresse c'est de chercher, de collectionner les expériences, les concepts spirituels. Quand ils ne trouvent pas ils se fabriquent une mystique sur mesure, faite de morceaux venus d'ici et d'ailleurs. (commentaire de Sri Hans Yoganand Ji)
Mais en vérité, quand on a trouvé, quand on a fait l’expérience intime de cette Voie, on ne peut que s’y engager tout entier. Elle est exclusive car elle est auto-suffisante, elle n’a besoin de rien d’autre. Pourquoi aller chercher ailleurs ce qu’on a tout à l’intérieur ?
Mais à l’intérieur, il faut savoir où et quoi chercher. La Révélation du yoga-originel … révèle justement ce quoi, où et comment. Alors après… on a tout ce qu’il faut pour entretenir une relation avec cette part de divin qui est en soi.
On peut le ressentir, l’entendre, le voir et chaque jour approfondir un peu plus cette expérience, ça prend tout mon temps et toute mon énergie.
Chaque jour, je peux profiter un peu plus de cet Amour infini qui est en moi, alors pourquoi aller chercher ailleurs alors que j’ai tout déjà en moi et que je sais comment y puiser.
Les mots, les idées, les croyances, les concepts à propos de Dieu, de la spiritualité semblent si inutiles quand on a l’expérience d’un vécu incomparable.
Avec le temps, la compréhension vient, remonte à la surface de la Conscience et je peux mettre des mots sur ce que je vis même si ces mots ne sont que des concepts pour ceux qui n’ont pas la chance de connaître ce que contiennent ces mots.
Mais la chance… elle se prend à bras le corps quand elle se propose, quand elle s’offre sur un plateau…. Celui qui a très faim et très soif sait la reconnaître en mille entre dix milles pas de crainte.
Oui, je suis catégorique, il n’y a que «ma» pratique qui m’intéresse, non il n’y a que le Saint-Nom qui me passionne, dont je veux être conscience le plus souvent possible et le plus profondément possible.
Bien sûr, ce yoga-originel est «contraignant», il y a l’Agya a observer toute la journée, il y a à se remettre en question sans cesse, à accepter l’enseignement pratique d’un maître, je sais bien que tout cela est difficile à accepter mais pour celui qui dit « oui » alors les portes du Royaume, les portes de la Béatitude, les portes de l’Amour divin infini s’ouvrent et il peut tomber à genoux avec bonheur, reconnaissance et gratitude devant cette toute-puissance qui est si douce et si subtile.
Il est là, présent en chacun, en dehors et en dedans, offert à tous tout le temps, en fait, il s’agit seulement de s’en rendre compte… c’est si simple mais qu’est-ce que l’Homme n’aime pas la simplicité ! Il la mime parfois se berçant d’illusions, de mots spirituels «détachement», «lâcher-prise», «dévotion», «amour» mais il n’a aucune idée de ce que cela signifie concrètement.
C’est toute la différence, faire ou penser.
Je pense donc je suis … ne fonctionne pas sur le plan spirituel, sur le plan de l’âme.
L’âme ne pense pas, elle est Conscience. Conscience de la Béatitude, son origine, de la vacuité, ce rien pourtant si plein quand on la connaît… à condition de faire le vide… le vide de pensées.

Satsang sur le même thème écris par le guide de la voie

Sri Hans Yoganand ji



Posts les plus consultés de ce blog

La simplicité, une qualité spirituelle ?

Laisser faire la Grâce

Le sanctuaire intérieur