Le bonheur spirituel


Celui qui s'oublie s'unit à l'Un dans la béatitude
(Bhaktimarga 2.5.29)



Le bonheur est-il identique pour tout le monde ? C'est ce que demandait quelqu'un sur FB en disant qu'on ne peut pas généraliser et que le bonheur est une expérience personnelle.


Quand on parle du bonheur du mental, c'est une chose, mais il y a aussi le bonheur spirituel, le bonheur de l'âme, ce qu'on ressent quand on est conscient de la Béatitude

Bien sûr que je ne sais pas si c'est le même bonheur que celui que ma sœur Damia ressent ou que toi José tu ressens et en même temps la Béatitude est la même pour tout le monde. J'imagine quand même que quand on est dedans, on vit la même chose mais ce qui change c'est notre perception.

Cette perception est différente, change tout le temps, donc on a l'impression que la Béatitude est différente. Pourtant la toile de fond, le goût principal de cette Béatitude est toujours identique. La satisfaction, la plénitude, l'accomplissement sont toujours identiques sans pour autant être monotones. C'est nous qui changeons, elle, elle reste toujours la même.

Quand on est dans cette parfaite satisfaction, on n'a besoin de rien d'autres, c'est parfait.


Bien sûr que l'expérience est semblable et différente en même temps, c'est sans doute difficile à comprendre pour quelqu'un qui n'en fait pas l'expérience mais c'est malgré tout vrai et juste. La Béatitude, le bonheur qu'on éprouve quand on est conscient du Saint-Nom c'est la joie, le bonheur, la sérénité, la paix, la gratitude, la reconnaissance...

C'est un état de conscience quand la conscience est au bon endroit, c'est donc un état-endroit qui est incomparable, il suffit juste d'y être pour en profiter. 

La satisfaction est l'insurpassable accomplissement du bonheur
(Yogasutra chap. 2.42) 


Quand on y est, on n'a pas besoin d'explication, de référence, de savoir que telle et telle personne, tel et tel livre, tel moment a dit telle ou telle chose parce qu'on s'en fout...

Pour aller dans cette Béatitude et y trouver la satisfaction qui ne dépend de rien qui se suffit à elle-même, il faut juste en avoir "sacrément" envie. Tout ce qu'on peut connaître, savoir ou qu'on croit savoir à ce sujet ne sont qu'une gêne à notre abandon. C'est difficile à accepter mais plus on a de connaissances moins ça marche...après et seulement après une fois qu'on s'y est abandonné et qu'on le fait régulièrement, alors les connaissances deviennent comme des bonbons, on sait faire la part des choses et que ces connaissances ne sont en rien une aide pour aller dans la Béatitude. 

Tous les livres saints que tu as réécrits José que je relis avec délectation, émerveillement, surprise aussi souvent....c'est merveilleux de voir qu'il y a 2000 ou 3000 ans quelqu'un a écrit exactement la même chose que ce que tu dis aujourd'hui et que je constate dans la pratique, on est exactement sur la même voie, le même enseignement, la même posture, la même pratique...mais ce n'est pas en lisant le Chant du Bienheureux, en le  récitant, en l'apprenant par coeur, en essayant de comprendre ce qu'il veut dire (enfin pour ceux qui ne pratique pas la Voie parce que pour nous c'est facile et claire comme de l'eau de roche), qu'on peut aller plus facilement dans la méditation, baigner dans cette vacuité. Cela n'aide pas le moins du monde, pas du tout du tout. 


Les connaissances apprises et l'intelligence ne sont pour le Tao que des fleurs sans parfum. Elles sont souvent source d'erreurs. C'est pourquoi le sage puise au puits du Tao sans s'arrêter aux apparences. Il contemple le fruit plutôt que la fleur. Il ignore l'une et cueille l'autre.

(Tao-Te-King chap. 38)

Ce qui m'aide est de me mettre à côté de ces connaissances et de me focaliser sur le Sain-Nom sous sa forme de feeling, de Musique ou de Lumière quel que soit le pilier de la Voie qu'on pratique, il s'agit d'être focaliser le plus possible....c'est en faisant, en étant dans cet ensemble de l'observance que la magie s'opère et qu'on est transformer pas après pas à chaque fois qu'on lâche-prise de ses connaissances et qu'on se remet dans la méditation, bien au chaud.

Quand on aime y être de plus en plus, on reconnaît que c'est là notre refuge et à chaque pas qu'on fait, on approfondit notre relation. Il n'y a rien d'autre à faire.

L'initié uni à l'Un, dans la béatitude, réalise l'union. Libéré, son esprit est serein, ses passions apaisées. Il est délivré des fruits de la confusion et jouit du bonheur suprême d'une union constante avec l'Unité.



Heureusement, il n'y a rien à apprendre !! Rien qui dépende de notre intelligence, de notre instruction. C'est une voie universelle qui existe depuis toujours et qui n'a pas changé malgré les époques différentes !! Qu'importe ce qu'on pense et croit savoir, au contraire, ce sont des obstacles très gênants pour aller s'abandonner dans cet Amour qui ne demande que notre bonheur.

Satsang  sur le même thème écrits par le maître de la Voie











Posts les plus consultés de ce blog

La simplicité, une qualité spirituelle ?

Laisser faire la Grâce

Le sanctuaire intérieur