lundi 16 avril 2018

La perfection dans ma vie

Quand un chercheur trouve, il est bouleversé par la Grâce
(Bhaktimàrga 1-3-22)





On n'a rien à fabriquer, la Béatitude, le Saint-Nom, la Lumière, la Musique, c'est déjà là ! C'est juste une histoire de se rendre compte, de prendre conscience de ce qui est déjà là mais qui est un peu caché, subtile... je dis un peu parce que quand on en a pris l'habitude, qu'on y est souvent par la pratique de la voie, ce n'est plus si subtile, c'est dense et intense. Mais bon, quand on en est éloigné, ça paraît très subtile, ténu, fragile.


Pourtant c'est une force toute puissante qui régit le monde. Elle est là tout le temps. La lumière intérieure aussi, elle est là tout le temps et on peut la voir.


Tout le sujet de nos incarnations est de prendre conscience, pour cela il faut se mettre en retrait, s'effacer pour pouvoir avoir conscience de Lui, conscience de cette Paix, de cet Amour qui est là et qui ne veut que notre bien. Quand on est conscient, on se rend compte que tout ça est parfait, harmonieux et on a de plus en plus besoin de cette harmonie, de se calquer dessus, de s'en imprégner et de faire ce qu'il faut pour ne pas déranger cette perfection parce qu'on se rend compte que c'est essentiel.

Comme le pur cristal prend la couleur des objets placés près de lui

Le pratiquant, libre des fluctuations du mental, sort de la confusion

Et atteint la parfaite Conscience de la béatitude, absorbé dans L'Unité

(Yogasutra 1.41) 


Quand on gigote un peu trop qu'on se regarde un peu trop le nombril, on s'aperçoit qu'on n'est plus dans cette conscience de la perfection et c'est bien dommage.

On en a besoin, et en marchant sur cette voie, je m'en rends compte de plus en plus, plus profondément, plus précisément, souvent, partout. J'en ai besoin. C'est le seul moyen de vivre bien cette existence.

Si on a en plus la dévotion qui nous vient parce qu'on aime cette harmoine, cette perfection, ce Saint-Nom alors c'est la fusée ! C'est encore autre chose.

Déjà rien que de se rendre compte de ça et de s'apercevoir que c'est tout simplement le but est merveilleux.

Être conscient répond à toutes nos questions et nos peurs, nos inquiétudes et tant d'autres choses vaines disparaissent simplement parce qu'on a conscience de la Perfection

Du coup, on a compris qu'on est entre les mains de quelque chose de bien plus grand et que ce quelque chose est tellement grand qu'on peut vraiment lui faire confiance, il n'y a pas de soucis ! On peut s'y abandonner mais ce n'est pas forcément évident du jour au lendemain.

Mais quand on a reçu la Révélation, qu'on a vu, entendu, qu'on sait où le trouver, c'est le début d'un chemin merveilleux. 

Le chercheur à trouvé… 

On n'a plus à se demander où quoi quand comment, on sait où trouver, on a les moyens pour être conscience.

Pourquoi les anciens respectaient-ils autant le tao ? C'est parce qu'il est la réponse du chercheur et le rachat de celui qui a failli. C'est pour cela que le tao est le plus grand trésor du monde
(Tao-Te-King chap. 62) 

Cette conscience ce n'est pas automatique, il faut le faire, il faut y être de sa propre volonté. On a les 3 piliers et l'agya, c'est le mode d'emploi, le Créateur a fait les choses ainsi et cette Voie est parfaite.



Les 3 piliers se complètent de manière si évidente et parfaite. Non seulement c'est dommage de les séparer, de prendre une technique ou l'autre dénature la Voie et ça ne marche plus.

Ces 3 piliers, l'agya et le maître font qu'on peut avoir conscience de sa Présence tout le temps. On se libère de la confusion, c'est drôlement bien ! Quel soulagement, on se sent nettement plus léger, heureux, satisfait profondément, accompli. C'est ça la vie d'un marcheur, ce n'est pas un truc spécial qui viendrait déranger notre vie habituelle.

Au contraire, notre vie quotidienne prend une dimension supplémentaire et devient complète. C'est là qu'on s'en rend compte.

Ce qui importe est cette posture intérieure faite entre autres de simplicité et d'humilité ce qui n'est pas si évident dans l'être humain, il faut une grande soif de Vérité, en avoir marre de cette vanité et là on est au début du chemin.




Satsang sur le même thème écrits par le maître de la Voie