Lâcher-prise mais de quoi ? et comment ?




On peut tout faire dans notre vie quotidienne en conscience ou pas. Il n'y a rien qui ne puisse pas se faire en conscience même si certaines activités y sont plus favorables que d'autres.

La même situation ou activité peut se faire en étant dans la technique du Saint-Nom ou pas. Il n'y a pas des moments réservés à la pratique, c'est tout le temps. C'est pour cette raison que la voie est globale et que notre vie entière gagne sa troisième dimension, son côte spirituelle en la pratiquant. C'est parce que chaque instant peut être vécu dans la conscience de la Paix intérieure ou pas. 


Quand on reste dans la conscience cela nous met dans le détachement. On n'est plus touché par les événements extérieurs. C'est ça la différence entre indifférence et détachement. Quand on dit "je m'en fiche", ce n'est pas du détachement, quand on lâche prise de ses pensées, émotions, peurs et autres pour se remettre dans la technique du Saint-Nom, alors on est dans le détachement.

Le détachement ouvre les portes du Royaume
L'indifférence la referme
(Bhaktimarga 1-5-12)



Quand on s'est vexé par exemple, qu'on a tenu à soi, à son avis, à son opinion plutôt qu'à lâcher-prise et à se remettre dans la pratique de la technique de méditation du Saint-Nom pour y retrouver le bonheur de la Paix intérieure, alors on ne s'est pas détaché. 

Garder son avis, ses pensées, ses concepts, c'est être attaché à soi.


Quand on comprend cela, on s'aperçoit que la Voie est cohérente, il n'y pas un bout d'un côté et un autre ailleurs. Tout se tient parfaitement bien. 


Le détachement est essentiel, c'est la base pour pouvoir approfondir sa conscience sur une vraie voie spirituelle.

Quand le détachement est installé Vient la pleine compréhension du propos de l'existence
(Yogasutra chap.2.39)



Se détacher, c'est revenir dans le Saint-Nom pour oublier cette vieille personne qui a été fabriquée de brique et de broc et souvent à grands coups de souffrances. Si on veut se libérer de tout ce fardeau, il faut s'en détacher et la pratique du Saint-Nom est parfaite pour cela. J'en fait l'expérience depuis quelques années et je suis toujours émerveillée de la puissance de cette technique.


On ne fait pas tri, on lâche tout et à force de le faire, c'est de plus en plus automatique et c'est un mode de vie. On lâche-prise automatiquement et notre vie de premie devient de plus en plus harmonieuse. 


On a une certaine équanimité car les fluctuations du mental ne sont plus si importantes, elles sont lissées par l'habitude de lâcher-prise en pratiquant la technique du Saint-Nom.


ça ne veut pas dire non plus qu'on ne se vexe plus jamais ou qu'on ne s'attache à plus rien même si c'est beaucoup moins souvent. Mais on reconnaît plus vite le "mauvais côté" et on lâche-prise parce que c'est devenu aussi une habitude. 


Je remarque plus vite ce pincement d'une vexation par exemple et je lâche-prise parce que je sais que cela va m'entraîner hors du Saint-Nom et je préfère y rester !! 


Ce n'est pas facile ni évident au début car il faut se remettre en question, c'est une voie spirituelle qui ne nous caresse pas dans le sens du poil mais demande à remettre en question tant de choses que souvent ça fait mal mais après coup, on voit bien qu'on est libéré, léger, détaché d'un poids qui pesait si lourd sur nos épaules. 


On a toujours notre libre-arbitre, on peut dire oui ou non au Saint-Nom, se détacher ou rester attaché. Je sais par expérience que c'est de plus en plus facile et automatique. C'est la que vient l'équanimité parce qu'on n'est plus tiré à gauche et à droite par notre mental. On ne se laisse plus mené par le bout du nez mais on est devenu le maître  chez soi.


Si on coupe court tout de suite dans la journée aux pensées débridées, qu'on garde le mental sous contrôle, alors on est plus touché par les choses, les événements et les gens. Cela n'impacte plus nos états d'âme. 


C'est assez fabuleux d'avoir repris les rênes de soi et de ne pas partir n'importe où. En choisissant de vivre cette vie d'ashram, c'est une démarche que je tiens à faire jusqu'au bout du bout parce qu'elle m'apporte tant ! Il faut avoir une certaine soif de remise en question, de laisser mourir la vieille personne parce qu'elle est gênante pour aller plus loin dans la profondeur de la relation avec le Saint-Nom. 


Satsang sur le même thème écrits par le maître de la Voie

Se libérer de soi
De mon temps
Lâcher le volant


Posts les plus consultés de ce blog

Laisser faire la Grâce

Comment être sauvé de la souffrance

La simplicité, une qualité spirituelle ?