mardi 26 juin 2018

Le centre de soi ?



On parle souvent d'aller au centre de soi et cela pourrait laisser entendre que nous sommes égocentriques sur la Voie qu'on ne s'intéresse qu'à soi.


Peut-être que de dire qu'on va au centre de soi n'est pas très juste pourtant quand on reçoit la Révélation, qu'on voit la Lumière intérieure briller et bien c'est là le centre, c'est ce Satin-Nom qui se manifeste aussi par la Musique et le feeling. C,est ça le centre et pour aller dans ce centre-là, il y a un autre centre qu'il faut oublier, le centre de se grand moi qui prend beaucoup de place omniprésent quand on n'est pas orienté vers la Lumière. 


Ce moi-je vient du mental hors contrôle qui ramène tout à soi, à sa propre pensée, à ses propres théories, ses idées, ses expériences de vie comme base de référence, c'est moi, moi, moi.

C'est plus  ou moins fort et impactant dans son existence d'écouter ce moi-je qui parle tout le temps selon notre évolution, sa proximité avec le vrai centre qu'il y a en nous et qu'on découvre au moment de la Révélation.


Pour être dans ce centre-là, il s'agit de rassembler sa Conscience qui est partie en morceaux dans tout ce qui est extérieur et qui ne sait plus très bien qui elle est et où elle est. Il s'agit par la pratique de se rassembler et ce mot serait sans doute plus juste que de dire "aller au centre de soi" ce qui peut prêter à confusion.


Sur la Voie, nous cherchons de sortir de son mental qui par ailleurs est très utile  pour assumer sa vie quotidienne mais pour ce qui est de la vie spirituelle, de la méditation, de l'approfondissement de sa Conscience, de la connexion au Saint-Nom, c'est moins utile. La pratique nous  permet de nous extraire de ce mental.

A un moment donné de la pratique, j'avais un recul sur mon mental où je me disais "c'est bizarre, de me rendre compte de voir ce mental penser d'un côté et j'étais en dehors». Il y a l'âme à laquelle on doit s'identifier et le mental qui utile mais c'est un autre plan.

Par la pratique, on s'en rend de plus en plus compte, le recul grandit et on voit de manière très évidente que le mental n'est pas une aide du tout pour être dans la Paix intérieure. À un moment donné il ne faut plus écouter ce qu'il raconte, lâcher le volant et se laisser porter par le Saint-Nom, c'est l'âme qui prend le relais. On est identifié à elle. 

Je me souviens des premières fois quand je commençais à l'expérimenter et à le comprendre que je suis mon âme, ce «truc» que je vis dans la méditation et qui n'est pas mon mental, c'était étrange. Finalement, je me suis aperçue que c'était vraiment moi et cela de plus en plus clairement. C'est un approfondissement qui se fait par la pratique, je ne l'ai pas cherché. 


D'ailleurs comment chercher quelque chose qu'on ne connait pas, qu'on ne peut pas comprendre avec son mental car sur un autre plan ? Ce n'est pas possible. Toutes les explications ne servent à rien. Sur la Voie, on va de découverte en découverte, des choses dont on ignorait complètement l'existence, c'est extraordinaire, de voir ce changement de regard mais il n'y a pas que ça


Devenir de plus en plus conscient… je me souviens au début, je ne comprenais pas ce que cela voulait dire d'être conscient et puis au fur et à mesure, par la pratique, j'ai pu m'en rendre compte etc. etc. c'est pareil avec d'autres mots comme l'humilité par exemple. Je l'ai compris à force de pratique. 


Qu'est-ce que je peux dire alors ? Et bien, ce que dis José est juste : médite, observe les 3 piliers de la Voie avec constance et les choses se feront. Et c'est vrai les choses se font.


Au bout d'un certain temps, on est autre, transformé profondément et on a une compréhension beaucoup plus fine de la spiritualité.

On se rend compte de ce qui est vain, de ce qui nous aide à être dans la pratique et ce qui nous en sort. On se rend que bien des choses qu'on croyait fermement, dont on était à des années lumières que ce pouvait être faux, et puis tout d'un coup, on s'aperçoit que c'est complètement à côté de la plaque.


Mais cela se fait par la pratique plus ou moins rapidement, on lâche ses théories, ses certitudes, ses connaissances etc. ou pas. C'est notre liberté totale. Ce que je sais par mon expérience, c'est que plus on lâche-prise, plus on peut aller profondément dans la connexion au Saint-Nom, plus on y va facilement, avec bonheur et avidité. Et c'est bien ce qu'on veut quand on est tombé amoureux du Saint-Nom. Alors on le fait, parce qu'on se rend compte que c'est utile mais on a toujours notre liberté de le faire ou pas.





Satsang sur le même thème écrits par le maître de la voie 

Le bonheur de la vraie liberté
Au centre de vous
Qui est je ?