Des outils pour connaître l'Essentiel



Ce n'est pas si facile de s'effacer, de se laisser faire, de lâcher prise, d'ouvrir les poings, de ne pas en mettre du sien dans la pratique, d'accepter que la pratique est suffisante et qu'on a besoin de rien d'autres que de pratiquer ces trois piliers. On n'a pas besoin de croire à autre chose, de s'accrocher à des idées, des choses qui ont pu éventuellement être utiles dans une certaine mesure avant d'avoir reçu la Révélation mais la Révélation nous révèle l'Essentiel et quand on a compris ce qu'est le Saint-Nom, qu'on a vu la Lumière intérieure et entendu la Musique, on est en plein dans l'essentiel, dans la Vérité universelle, dans la spiritualité ! En plein dans la mise en pratique de la Voie et de ce qu'il faut pour vivre sa vie en globalité, en entier. 

On a les outils qu'il faut pour maîtriser son mental et ne pas partir dans tous les sens, on a les outils qu'il faut pour être dans l'instant présent, on a les outils qu'il faut pour lâcher-prise concrètement, on a les outils qu'il faut pour être dans le non-agir, on a les outils qu'il faut pour être dans la Grâce et sa Guidance, on a les outils qu'il faut pour redevenir comme un petit enfant, on a les outils qu'il faut pour être conscient de la Béatitude, du Saint-Nom et que veut-on encore de plus ? 

On a tout !

C'est trop simple ? Être dans le Service, le satsang et la méditation tous les jours demandent pourtant un engagement important. La pratique englobe toute la journée, c'est simple mais notre vie entière se transforme et entre dans la Voie, ses 3 piliers et en nous il y a quelque chose en nous qui n'aime pas ça. C'est notre libre-arbitre d'écouter ou pas cette chose-là ou au contraire de suivre ce que profondément en soi on reconnaît comme étant essentiel et vrai.

Quand on a un peu entrevu cette Vérité, ressenti, vu, entendu avec nos sens retournés vers l'intérieur, la soif grandit et plus on pratique, plus la soif augmente, le discernement vient et prend du recul sur son mental quand on est bien identifié, ce mental, on le voit parfois partir n'importe où en tout cas on se rend compte qu'on n'est pas le mental même si on se fait parfois avoir ! Dans l'ensemble, je me rends bien compte que je ne suis pas le mental mais que je peux l'utiliser à bon escient pour pratiquer par exemple ou aussi pour assumer mes taches quotidienne dans le monde.

Cette Voie est complète, je ne vois pas ce qu'on pourrait encore y ajouter… elle est parfaite en soi. On peut en parler, ou discuter de concept mais c'est vain. C'est quand on est dedans qu'on le fait avec un certain engagement, alors on se rend compte qu'elle apporte tout se dont on a besoin.

Autres satsang sur le même sujet écrits par Sri Hans Yoganand ji

Posts les plus consultés de ce blog

Laisser faire la Grâce

Comment être sauvé de la souffrance

À ceux qui cherchent la paix