La vie en trois dimensions




J'ai seulement envie de sourire, du sourire intérieur et du sourire qui se dessine sur mes lèvres. Quand le sourire intérieure est plus intense, il déborde à l'extérieur et je me sens pleine de joie, de félicité, de bonheur, d'allégresse.

C'est mon doudou quand les choses vont moins bien, c'est la couette sous laquelle je peux me mettre à l'abri pour profiter de l'instant présent dans la conscience du Saint-Nom et me laisser aller à sa Douceur, à sa Bonté, sa Compassion. Je ressors pleine d'énergie et de détermination à continuer à pratiquer tout en étant dans le monde et y faire ce que j'ai à faire en gardant ce doudou avec moi. Je n'oublie pas de le garder près de moi en pratiquant. 

La première chose est d'être consciente de Lui et après le reste est secondaire, que je doive travailler ou pas, faire le ménage, les courses ou autres choses, il est toujours en toile de fond de mes journées.

C'est lui qui donne un sens à ma vie qui met des couleurs sur mes journées. Le reste est aussi important comme de gagner des sous, de faire des courses avec une liste pour ne pas acheter n'importe quoi, de faire le ménage pour avoir une maison agréable à vivre mais ce qui doit venir en premier, c'est la conscience de Lui. 

Ce passage entre le fait que c'est lui qui passe en premier et non pas l'activité que je suis en train de faire, c'est un changement de regard qui change tout et qui fait de ma vie une vie spirituelle, une vie en trois dimensions puis qu'il est là, la troisième dimension. 

Je suis alors entière et je découvre quelque chose de plus dense, de plus complet. C'est comme quand on a un dessin en 2D ou une maquette en 3D. Le même bâtiment dessiné peut être magnifique mais en 3D, c'est n'est plus pareil, ce n'est pas la même chose.

C'est pareil quand on vit en 3D, on se rend compte que la vie en 2D, c'est un peu fade. Cette dimension que donne le Saint-Nom à ma vie me rend pleine. C'est la part qui manque quand on ne l'a pas. C'est une fois qu'on l'a trouvée, intégrée, quand on pratique, qu'on se rend compte qu'elle nous manquait, cette dimension. On savait peut-être avant qu'il nous manquait quelque chose mais sans savoir quoi précisément.

Quand on a trouvé, on a plus besoin de chercher, on a trouvé ! On est complet et il ne reste plus qu'à rester avec cette troisième dimension, la conscience du Saint-Nom. Ce n'est pas toujours évident, il y a les 3 piliers, la posture intérieure, l'agya, l'enseignement du guide pour nous permettre de toujours revenir en soi au bon endroit.

C'est ce qu'il faut faire mais ce n'est pas si grave ! Au contraire, c'est très agréable de vivre dans ces trois dimensions.

Satsang sur le même sujet écrits par Sri Hans Yoganand ji

Posts les plus consultés de ce blog

La simplicité, une qualité spirituelle ?

Laisser faire la Grâce

Le sanctuaire intérieur