mercredi 26 décembre 2018

Le goût de la vie



Quand je suis consciente du Saint-Nom, c'est beau, c'est parfait, c'est harmonieux, c'est doux, c'est agréable, c'est plein de paix, d'amour, de joie. C'est merveilleux d'être consciente du Saint-Nom, c'est quelque chose qu'on ne peut pas vraiment imaginer tant qu'on ne l'a pas fait, qu'on n'est pas aller mettre sa conscience dans ce Saint-Nom.

Cette douceur qui m'envahit quand je suis en Lui me donne la pleine joie de vivre, m'ouvre les yeux, me permet de voir le monde avec plus d'objectivité, avec plus de recul. Les problèmes reprennent leur juste mesure.

Je fais ce qu'il y a à faire quand il le faut et comme il le faut et je me rends compte que cela me met dans cette harmonie et quand je suis dans cette harmonie, je fais les choses harmonieusement et automatiquement comme il le faut et quand il le faut.

La vie devient goûteuse et je me prends à avoir envie d'aimer le monde entier alors que ce n'est pas la première chose qui me viendrait à l'esprit quand je ne suis pas dans le Saint-Nom.

Quand je suis en Lui, c'est une autre existence, la vie est complètement différente. Il y a une autre dimension qui s'ajoute ce qui lui donne une couleur différente, je vois à l'extérieur la présence du Saint-Nom et je m'émerveille pour un oui et pour un non, une petite fleur, un rayon de soleil. Je vois sa Grâce, sa Guidance pour plein de choses qui m'arrivent. C'est la Grâce qui me fait un clin d'œil qui m'accompagne. J'en suis heureuse et reconnaissante.

Je me rends bien compte que c'est grâce à l'observance des 3 piliers de la Voie que cette vie d'aujourd'hui est possible. C'est simplement par cette pratique : satsang, service, méditation.

Il y a des jours où c'est plus compliqué et d'autres où ça va tout seul mais ce n'est pas grave, ce qui compte est la constance. Il faut aussi lâcher prise sur le fait de toujours vouloir le faire parfaitement bien, de ne pas être contente de ma pratique, je vois bien que je dois aussi lâcher prise la dessus.

Que puis-je faire ? Pas grand chose… il faut le laisser faire mais pour être dans cette posture intérieure optimale, cela demande de l'énergie. Ouvrir les poings demande un effort.

On peut lâcher prise aussi à propos de la pratique évidemment, il y a toujours de la marge. Je découvre sans cesse que je peux encore lâcher prise et m'en remettre à lui, être dans le Saint-Nom. C'est une vie merveilleuse.

Satsang sur le même thème écrits par Sri Hans Yoganand ji :


Ambassadeurs du bonheur

La vérité sur le Saint-Nom