Ce n'est pas grand-chose et pourtant



Comme le dit souvent le guide de la Voie, la posture qui convient pour méditer formellement, c'est de faire la plante verte ou le lézard au soleil.

Il a raison, évidemment et je me rends compte que j'avais compris mentalement, admis, accepter que c'est la bonne posture j'avais tenté de l'avoir aussi. Mais je me rends compte qu'il y a toujours de la marge et que je commence à le comprendre de l'intérieur et que ça fait toute la différence.

Quand je réalise comme une évidence… c'est une évidence, ça crève les yeux et parfois je me dis que ce n'est pas grand-chose mais pourtant c'est énorme. C'est la compréhension intérieur venant de l'âme par la méditation profonde qui est fondamentale. Peu importe que j'aie la sensation que ce n'est pas bien important, si peu, c'est comme être conscient ou pas conscient du Saint-Nom, ce n'est pas grand chose mais ça fait toute la différence.

Cette simplicité, faire ou ne pas faire, y être ou ne pas y être est simple mais parfois de faire demande un effort important car il s'agit de lâcher sa vanité, et ça demande une volonté, une détermination, une soif de paix importants, ça ça peut être difficile mais le fait de passer à l'acte de lâcher-prise, de se remettre dans le Saint-Nom, c'est simple, c'est évident, c'est facile… ce n'est pas grand-chose et pourtant c'est immense !

Cette dimension qui s'ajoute à notre vie, elle est fondamentale et c'est fou de réaliser que c'est aussi peu de chose et que cette petite chose au final, c'est tellement grand, tellement immense, ça laisse sans voix alors que ce n'était pas grand-chose.

Depuis le début, tant de choses sont passées de la compréhension mentale à celle de l'âme, c'est incroyable, c'est difficile à exprimer. C'est une évidence si claire, si limpide, si simple mais j'étais prise dans un truc faux et tout d'un coup c'est clair. Cette différence est si infime mais c'est ça l'essentiel. C'est d'être dans cette dimension, dans cette conscience.

Cette différence est magnifique, grandiose, c'est peut-être paradoxal, l'acte est minime et le résultat est infini ! Pour nous, il n'y a pas grand-chose à faire, sinon observer les 3 piliers de la Voie, s'effacer.

C'est ce qui est sans doute le plus compliqué, s'effacer quand on est perdu dans la confusion. Plus la vision s'éclaircit, plus on se rend compte que c'est simple, pas si compliqué qu'on le croyait.

Quand on marche sur cette Voie, on tend vers la simplicité…. son existence et aussi à l'intérieur, son mental et on se simplifie dans la pratique aussi. Finalement, on finit par marcher assez droit au milieu et ce fil qui pouvait sembler ténu et difficile à suivre, en marchant dessus, on s'aperçoit que c'est une autoroute.

Il s'agit d'avoir une bonne posture, et ça vient en pratiquant, en ayant soif de cette paix. C'est un peu magique.

Satsang sur le même thème écrits par le guide de la Voie Sri Hans Yoganand ji :



Posts les plus consultés de ce blog

La simplicité, une qualité spirituelle ?

Laisser faire la Grâce

Le sanctuaire intérieur