Un bonheur qui ne dépend de rien




Quand on prépare un plat et qu'on y ajoute des épices, cela lui donne du relief, du goût quelque chose en plus. Le même plat sans épice peut être bon mais il lui manque quelque chose. Dans la vie, c'est pareil quand on ajoute la conscience du Saint-Nom, cela lui donne du relief, du goût, un goût de béatitude ! Le goût du Saint-Nom.

C'est plus que simplement profiter de la vie, de voyager, de faire le tour du monde, de s'inscrire dans plein d'activités différentes, d'apprendre plein de choses, de faire des sports différentes, d'avoir plein d'amis, de sortir…ça, c'est aussi profiter de la vie pour certain mais ce n'est pas ça dont je parle.

Le Saint-Nom donne une dimension supplémentaire aux petites choses de la vie, au fait d'être là, à faire ce qu'on fait dans sa vie quotidienne sans en ajouter encore, il y a déjà tant de choses à faire, il n'est pas nécessaire de parcourir le monde même si on peut le faire aussi.

Ce n'est pas ça qui va remplir notre vie qui va nous faire prendre conscience de la vie qui nous anime. C'est en allant voir à l'intérieur en plongeant dans le Saint-Nom, dans la force de vie et quand on ressort de là, on a un regard différent sur l'existence et on se rend compte qu'il y a bien des choses qui sont vaines dans notre existence et qu'on ne fait plus une fois qu'on a trouvé à l'intérieur la source de la parfaite satisfaction….. parce qu'on est parfaitement satisfait.

Quand on est satisfait, on a pas envie d'autres choses, ça suffit. On simplifie sa vie du coup ! On est heureux d'être vivant, sans autre activité particulière sauf assumer ses responsabilités, faire ce qu'on a à faire. C'est aussi un bonheur de pouvoir être au service du Seigneur, de pouvoir assumer son dharma (ses responsabilités) dans la conscience du Saint-Nom, il y a quelque chose de merveilleux qui se passe à l'intérieur.

J'ai remarqué ces derniers jours où j'étais particulièrement bien dans la pratique que je faisais mon travail du mieux possible (il y avait encore de la marge !) et en étant consciente du Saint-Nom, quand j'ai eu fini, j'étais heureuse de l'avoir bien fait et en conscience, j'avais un sentiment d'accomplissement, de bonheur incroyable.

C'est pour tout ce qu'on fait dans la journée et pas seulement le travail, la cuisine, la vaisselle ou préparer un thé….. je peux le faire à la va-vite, de l'eau dans la tasse, une cuillère de thé et hop dans le micro-onde en claquant la porte ou je peux aussi le faire en conscience du Saint-Nom et alors chacun de mes gestes devient une offrande au Seigneur, une communion se crée alors entre lui et moi. C'est complètement différent et ce qui se passe en moi est fabuleux.

Quand on aime, il faut le montrer, le faire. J'aime mon Seigneur alors je fais, je pratique les 3 piliers et surtout le Saint-Nom dans mes actes quotidiens… cette dimension-là, je ne voudrais plus la manquer parce que c'est une dimension qui m'apporte le bonheur, la satisfaction mais surtout qui ne dépend de rien, ni personne.

Cela veut dire aussi qui ne dépend d'aucun endroit….. je voyais un poste sur FB où quelqu'un disait qu'on oublie souvent que le bonheur est juste en face de nous et on voyait un très beau paysage…. oui, mais la satisfaction, le bonheur qu'on trouve à l'intérieur est là devant un beau paysage et aussi devant un paysage moche, quand il fait beau et quand il pleut. Il est là tout le temps et partout.

Je le transporte avec moi, je n'ai pas besoin d'attendre dimanche, d'être en bonne santé, d'avoir des sous, d'être avec telle ou telle personne, à tel ou tel endroit.

Si j'en ai besoin, j'y vais je pratique et c'est fantastique dans l'instantané et ça dure le temps qu'on y reste. C'est une satisfaction longue durée ! Ce n'est pas ponctuelle et après on se retrouve dans la galère et la confusion. Non, on peut être tout le temps dans la paix, dans la béatitude à des degrés plus ou moins profond mais quand même y être ou ne pas y être, ça fait toute la différence !

Même un tout petit peu de cette béatitude, de ce sourire-intérieur, de cette paix particulière, c'est merveilleux, bien plus que de ne pas y être. 

On continue notre chemin, notre périple à travers cette existence et le chemin est bordé de fleurs. On voit le Créateur dans sa Création. Il n'y a rien de mieux.

Satsang sur le même thème écrits par le maître de la Voie Sri Hans Yoganand ji :



Posts les plus consultés de ce blog

Laisser faire la Grâce

Comment être sauvé de la souffrance

À ceux qui cherchent la paix