dimanche 17 mars 2019

La mine du vrai bonheur





On parle de nuit et de jour, de lumière et de ténèbres, d'être conscient ou de ne pas être conscient.

C'est bien ça, quand je suis dans la pratique de la technique du Saint-Nom dans le Service alors je suis dedans, je suis consciente de sa présence, de son regard posé sur moi, de la béatitude, de la sérénité, de la paix un peu ou un peu plus. Mais même d'en être conscience juste un peu c'est complètement différent que de ne pas être consciente de Lui du tout.

Je vois bien la différence dans ma vie aujourd'hui par rapport à avant dans la confusion. La conscience du Saint-Nom, ce n'est pas pour être heureux mais quand on est conscient, on a une satisfaction qui se suffit à elle-même qui n'a pas besoin d'être provoquée par quelque chose d'extérieur, une personne ou autre.


La satisfaction parfaite vient de la pratique, on est autosuffisant, on a besoin de rien et ça soulage beaucoup ! On ne dépend de rien, juste de la soif qu'on a de cette paix.


Non seulement ça soulage mais ça rassure aussi, ça enlève un poids énorme parce qu'on se sent plus léger, plus neuf. On ne dépend plus de ce que dise les autres, de ce que pense les autres de nous, de l'image qu'on a de soi et qu'on donne ou croit donner aux autres etc.


Tout ça, c'est vain, on s'en rend compte et on peut aller puiser en soi dans cet océan d'amour et de paix autant qu'on veut, c'est infini ! Quand on veut et où on veut… du matin au soir. C'est toujours possible et ça c'est fantastique.


On ne peut plus dire qu'on n'a pas le temps, que c'est de telle heure à telle heure etc. c'est possible tout le temps. On porte ce Saint-Nom en nous et on peut en profiter tout le temps. C'est ce « tout le temps que je veux mettre en avant ». On n'a pas besoin d'attendre…il n' y a pas d'horaire pour profiter de Lui.


Je me souviens avant, j'attendais tout le temps, qu'il fasse beau, que telle chose arrive, que ceci ou cela se produise, j'attendais, je passais mon temps à attendre. C'est bête mais que pouvais-je faire d'autre à l'époque ?


Aujourd'hui, je sais et je n'attends plus rien parce que j'ai tout en moi. La satisfaction parfaite est là.

Je n'attends plus rien qui puisse me rendre heureuse ou me satisfaire. Tout est là en moi et dans ce tout, il n'y a rien et tout en même temps. C'est paradoxal mais une fois qu'on y a mis sa conscience, qu'on le fait régulièrement, on voit que les désirs s'estompent et surtout on n'est plus dupe. On sait que ce n'est pas ça qui va nous rendre heureux, nous donner cette satisfaction intérieure parfaite qu'on peut avoir en étant dans le Saint-Nom.


C'est ça la différence, on ne court plus après les désirs en espérant combler ce vide qu'il y a nous. On sait qu'il est plein de béatitude comment faire pour y aller. Les désirs ne prennent plus la première place.


Cette conscience de la vie, de cette force qui surpasse tout et à laquelle on peut se soumettre, nous relève et nous porte. Cette alors une vie tout à fait nouvelle, on marche dans les pas de la guidance et c'est fabuleux.

Satsang sur le même thème écrits par le maître de la Voie Sri Hans Yoganand ji :