En conscience



C'est un fait, quand on pratique avec constance, avec soif, détermination, engagement, c'est-à-dire qu'on le fait le plus possible, le mieux possible on entre dans un cercle vertueux car plus on pratique, plus on a d'expérience et plus on a envie de pratiquer (la Voie).

Quand je parle d'expérience, il ne s'agit pas de choses extraordinaires, excitantes, mais simplement déjà de la conscience de la présence du Saint-Nom tout au long de la journée. Cette espèce de bulle de douceur qui m'enveloppe est merveilleuse et de de passer sa journée dans cet état, franchement c'est fabuleux ! J'y suis à l'abri.

Dans la conscience du Saint-Nom, on se rend compte qu'on est vivant, on prend conscience de la vie qui nous anime et en être conscient le plus possible c'est fabuleux parce que ça remet tout place.


On vit notre vie au présent quand on est conscient du Saint-Nom.

On est là maintenant à faire ce qu'on fait et on n'est pas écartelé, éparpillé dans tant de choses, et dans l'attente, la peur, dans le bordel qu'il y a parfois dans sa tête. Plus c'est le bordel, moins on s'en sort et moins on est dans la Paix.


C'est beaucoup mieux d'être dans cette paix, cette sérénité, cette Harmonie, cette Beauté qu'en dehors.

Je fais ce qu'il faut pour y être à volonté parce que ça ne se décide pas comme ça. On a les outils sur la Voie pour être vraiment conscient de cette Paix le plus possible et pour approfondir cette conscience, cette communion. La profondeur est infinie alors il y a toujours de la marge ! 

Percevoir cette harmonie dans laquelle on vit, parce qu'on la ressent, qu'elle guide notre vie sans qu'on ait à se poser 50 questions. On fait les choses bien, en temps et en heure, avec la conscience du Saint-Nom, alors les choses s'emboîtent les unes dans les autres sans avoir à se prendre la tête. On doit parfois s'organiser, prévoir, c'est normal dans nos vies mais tout cela se passe dans une harmonie parfaite.

Oui bien sûr, on vit dans la société, et bien souvent, des choses viennent déranger cette belle harmonie, ce n'est pas grave. On prend les problèmes les uns après les autres tout en gardant un peu de notre conscience dans l'Harmonie suprême pour ne pas plonger dans la confusion, pour ne pas se perdre.


La Grâce fait le reste et tant qu'on est dans la pratique, dans l'Observance des trois piliers, ça fonctionne. On voit qu'on est au bon endroit à faire la bonne chose et je ne parle pas ici d'être dans un lieu particulier à faire quelque chose de particulier mais à être ici et maintenant dans la pratique d'un des trois piliers qui est le Service par exemple.


Le bon endroit est la conscience du Saint-Nom et le bon moment est maintenant.


Être dans le Service met dans l'instant. On lâche-prise de ses pensées vaines pour revenir au Saint-Nom. Tant de concepts qu'on peut lire sur les réseaux sociaux avec des définitions parfois très étranges deviennent une réalité évidente. Le lâcher-prise par exemple, c'est de lâcher ses pensées pour revenir à la pratique du Saint-Nom, ce n'est pas plus compliqué que ça… mais lâcher sa vanité, ses avis, ses opinions, ses concepts pour revenir dans la Paix, la douceur du Saint-Nom n'est pas toujours une mince affaire.


Quand on parle de Lumière, on la voit en soi quand on médite avec la technique appropriée, on sait ce que c'est, ce n'est pas une idée, une imagination, un concept. Elle est là, réelle, une expérience vivante de chaque instant.




Quand on est dans cette Paix profonde et qu'on sait comment faire pour y rester, il y a bien des choses qu'on trouve vain, inutile, qui ne nous intéresse plus du tout. Je ne suis plus une chercheuse de vérité, j'ai trouvé. Il s'agit maintenant pour moi de faire, de pratiquer et non plus de lire ou de discuter.


Satsang sur le même thème écrits par le maître de la Voie Sri Hans Yoganand ji :




Posts les plus consultés de ce blog

Laisser faire la Grâce

Comment être sauvé de la souffrance

La simplicité, une qualité spirituelle ?