C'est la Lumière qui gagne !

À la fin, c'est toujours la Lumière qui gagne


Quoi qu'on dise, quoi qu'on fasse, quoi qu'on pense, c'est toujours le Saint-Nom qui doit être mis en premier, revenir à Lui quand on l'a oublié, s'accroché à Lui quand autour de nous, tout semble partir a volo, tout semble s'effondrer, disparaître, changer trop vite. On ne peut pas arrêter le temps, mais on peut se mettre là où le temps n'existe pas. Dans l'instant.

Les choses changent et passent, c'est normal, c'est la vie. On peut s'engager, donner de son temps et pourquoi pas de son argent pour une cause ou une autre, peu importe mais ce qui devrait passer en premier, c'est la pratique de la Voie, de son Agya.

Il s'agit de pratique la méditation du Saint-Nom dans la journée, quand on se sent inquiet, impuissant, énervé, vexé et qu'on n'est plus conscient de la Béatitude. La confusion commence à prendre de la place c'est elle qui prend la place du Saint-Nom et à un moment donné, ça ne va plus. On n'est plus au bon endroit et tout va mal. 

Alors il faut freiner des quatre fers et se remettre à l'ouvrage, par exemple par une pause Saint-Nom, recommencer à pratiquer. L'effet est immédiat, il n'y a pas d'effet retard. Quand on pratique, on est dedans, à l'abri, dans l'œil du cyclone. On est au meilleur endroit qu'on puisse être. 

Cette force qui nous tire vers l'extérieur est si forte, de plus en plus prégnante et nous entraîne loin. Il faut vraiment s'accrocher au Saint-Nom pour ne pas se perdre et être au bon endroit, droit dans ses bottes, sur la Voie.

Il faut toujours s'accrocher au Saint-Nom mais surtout dans des périodes générales de difficultés et de troubles tout comme dans des périodes personnelles de troubles et de difficultés. Le Saint-Nom est toujours notre planche de salut.

Quand on est dans un environnement paisible et favorable à la pratique, on se relâche un peu mais dès que les choses nous emportent, il faut s'accrocher comme une ventouse et rester en Lui le plus possible. Il nous sauve vraiment.

C'est incroyable la différence qu'il y a quand je me laisse happer vers l'extérieur et que je reviens en Lui. Il y a bien sûr, le sourire intérieur, la douceur, la perfection, l'harmonie mais je sors de ce tourbillon, de cette tempête, de cette confusion. Je reviens à plus d'objectivité, de recul, de paix et de confiance en Lui. 

C'est important de garder la foi dans le Saint-Nom parce qu'il est le maître de tout, il est tout et à la fin c'est toujours la Lumière qui gagne.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La simplicité, une qualité spirituelle ?

Laisser faire la Grâce

Le sanctuaire intérieur